Pour le XIXème siècle

Un métré de 1806 (ADR série S) pour le port de Flandres à Lyon situé en amont du pont du Change, note ceci :

"... Les pilotis font 6 mètres de longueur et les sabots pèsent 8 Kg. Il y en a 453 au total. ..."

Un devis et détail estimatif pour le Pont sur la Brévennes à Ste-Foy-l'Argentière du 30 avril 1810 (ADR 6 S 37) note ceci :

"Pilotis et Grillage en charpente
Il sera fourni et battu à 5 mètres de fiche, 144 pieux en chêne de 5 mètres de longueur sur 26 centimètres de diamètre réduit. Ils seront garni d'un sabot à 4 branches pesant 7 kilogrammes les clous compris."

Un projet de reconstruction du pont au Diable à Sens de 1838 (ADY 2 S 54) note :

"... Les massifs des fondations des culées, en béton, reposeront chacun sur 155 pieux disposés conformément aux prescription de l'ingénieur. Ces pieux en chêne de 35 à 40 cm de diamètre, seront munis, à leur partie inférieure, d'un sabot en fer forgé et pénétreront dans la craie autant qu'il sera utile. ... Les fers et fonte proviennent des Usines de France ...
Art. 20 :
Les sabots des pieux employés seront du système Défontaine (de Vernon) avec culot et branches en fer. Les pieux et palplanches devront être d'une seule pièce sans pouvoir être entés. L'entrepreneur devra les choisir d'une longueur telle qu'après avoir été battus au refus défini ci-dessous, leur sommet ne soit pas au-dessous de la cote prescrite pour le recépage. Les pieux trop courts seront enlevés et remplacés par l'entrepreneur et à ses frais. ..."

Un projet de construction d'un port à Rivières sur la rive droite de la Saône du 22 avril 1847 présente un détail estimatif pour les travaux à réaliser (ADR Z 56 / 94 / 2). Il est noté ceci :

"... Avant-Métré :
Pieux : longueur 5 m et section 5 cm
Palplanches : hauteur 3 m et épaisseur 8 cm
101 sabots de pieux pesant chacun 7 Kg
41 sabots de palplanches pesant chacun 3 Kg ..."