Vichy (03) - armatures de type IV

Localisation

Région : Auvergne

Département : Allier

Commune : Vichy

Rivière : Allier

Ces sabots ont été mis au jour pendant les travaux de dragage du plan d'eau de Vichy (03) en 1990-1991, dans l'Allier.

Il existe aussi des armatures de type II

Notes sur la commune de Vichy

Un inventaire de 9 sabots existe pour cette commune, mais aucun ne peut être rattaché à un ouvrage ayant existé à Vichy. Ces sabots ont été trouvés lors de l'aménagement du plan d'eau par les dragues et les pelles mécaniques sans que soit reconnu leur emplacement exact. Actuellement, seuls deux ponts sont en élévation sur la commune. Le premier situé au nord de la ville, nommé "pont de l'Europe", est un pont barrage inauguré le 10 juin 1963. Le deuxième, situé au sud, est nommé "pont de Bellerive", il permet le passage de la RN9.

Quels ont été les ouvrages ayant existés à Vichy ?

Les traces archéologiques révélant la présence d'autres passages sur l'Allier à Vichy, sont au moins au nombre de deux.
Rive droite, en face du "Yacht Club" plus communément appelé la "Rotonde", une passerelle métallique permettait de franchir l'Allier pour accéder à l'hippodrome. Elle est implantée sur le même radier que le barrage (barrage construit entre 1865 et 1868, il mesurait 2,5 mètres de hauteur et permettait une retenue d'eau sur 2500 mètres) à aiguille et est ouvert au public le 27 septembre 1902. Les vestiges du radier de fondation du barrage et de la passerelle sont encore visibles en période de basses eaux. Des observations faites en mars 1990 par Monsieur Bruno VALLAS (†), présentent le radier conservé sur seulement 39 mètres de long, devant la "Rotonde". Moi même j'ai pu voir les vestiges de cet ouvrage le 10 mars 1996. Les observations que j'ai pu en faire sont des plus maigres. Il ne reste plus qu'un morceau de moins de 10 mètres. Il serait souhaitable de faire un relevé exact avant qu'il ne soit trop tard.
À 100 mètres en amont du pont de Bellerive, côté rive droite, un ensemble de 82 pieux a fait l'objet d'un relevé complet et 37 échantillons ont été prélevés pour une analyse dendrochronologique (LALLE. 1991) en mars 1990. L'analyse donne une proposition de datation de 1515 AD. Ce sont probablement les vestiges d'un pont, qui devait comporter un tablier en bois échafaudé sur des palées, traversant la rivière au XVIe siècle. Il se dirige obliquement vers l'amont suivant un axe de 15 degrés par rapport à l'axe actuel du pont de Bellerive.

Les données historiques, concernant le passage de la rivière d'Allier à Vichy, sont très nombreuses (CHABROL. 1946).

En 1373, Guillaume de Hames, chevalier, seigneur en partie de Vichy, et sa femme, Marie de Rochedagnoux, ont fait construire une chapelle dédiée à la Vierge Marie et à Saint-Nicolas, près de la tête du pont.
Un texte datant du 23 août 1378, décrit les possessions de Guyot Morel à Vichy, du chef de sa femme Marguerite, fille de Raoul de Vichy (Archives Nationales, P. 457 bis C. XIe LXV, ancien 24 de Betencourt).

"Universis presentes litteras inspecturis et audituris, Petrus de Fonte, clericus, tenens sigillum regium curie Cancellarie exemptionum Arvernie, apud Cuciacum, in Arvernia constitutum, salutem in Domino. Noveritis quod in dicta curia personaliter constitutus nobilis vir Guiotus Morelli, domicellus, dominus de Vichiaco in parte, racione nobilis domicelle Margarite de Vichiaco, ejus uxoris, filie quondam nobilis viri Radulphi de Vichiaco, domicelli, domini quondam in parte dicti loci Vichiaci, sponte confessus est dictus domincellus se tenere in feodum, racione dicte ejus uxoris, ab illustrissimo... duce Borbonensi... eaque sequntur : videlicet quasdam domos vulgariter appellatas domos de Montegasconio, existentes in villa Vichiaci, et quamdam turrim rotundam et quoddam stabulum novum quod est contiguum domibus heredum domini Chatardi de Vichiaco, quondam militis [ledit Chatard seigneur d'Abrest] ; que predicta sita sunt in villa Vichiaci, juxta domos dictorum heredum dicti domini Chatardi de Vichiaco, ab una parte, et iter commune per quod itur de Capella ad pontem Vichiaci, ex alia parte. Item amplius jus, actionem... in tota decimaria vini dicti loci Vichiaci. Que oredicta superius declarata possunt valere, quolibet anno, centum solidos turonensium reddituales...
Actum testibus hiis presentibus Guioneto Allemant, domicello, Guillelmo d'Escullent, burgensi Cuciaco, et Guillelmo Molverii, clerico, et datum die sabbati ante festum beati Bartholomei apostoli, anno Domini millesimo CCC° septuagesimo octavo."

Une traduction inédite a été faite de ce document par le Père JASSERAND en 1996 (prêtre à la paroisse de Saint-Martin-en-Haut (69), du diocèse de Lyon) :

"Pierre de Fonte, clerc à la cours de la Chancellerie, tenant le sceau royal des exemptions d'Auvergne, établi en Auvergne à Cusset, dit les présentes lettres à tous ceux qui vont les examiner et les entendre. Salut dans le seigneur. Vous seriez que Guyot Morel personnellement établit noble... jeune maître de maison Seigneur de Vichy en partie en raison de la noble maîtresse de maison Marguerite de Vichy son épouse fille autrefois du noble Raoul de Vichy jeune maître de maison maître autrefois en partie du lieu dit Vichy. Le dit jeune maître de maison a avoué spontanément qu'il tenait en sa possession en raison de sa dite épouse de la part de l'illistrissime Duc de Bourbon et ceci suit : à savoir certaines maisons vulgairement appelées maison de Montgascon existant dans la ville de Vichy et une certaine tour ronde et une certaine demeure neuve qui est contiguë aux maisons des héritiers du seigneur Chatard de Vichy autrefois soldat (le dit Chatard seigneur d'Abrest) les choses dites ci dessus sont situées dans la ville de Vichy près des maisons des dits héritiers du dit seigneur Chatard de Vichy d'une part et un chemin commun par lequel on va de la Chapelle au pont de Vichy d'autre part. De même une action amplement juteuse sur toute la dîme du vin dit du lieu de Vichy. Les choses dites ci dessus peuvent être attestées déclarées n'importe qu'elle année cent solides reddituales de la ville de Tour. Dont acte ces témoins présents Guyonnet Allemant jeune maître de maison Guillaume d'Esculent bourgeois de Cusset et Guillaume de Molver clerc et daté le samedi avant la fête de Saint Barthélémy Apôtre l'année du seigneur 1378."

Le 5 janvier 1568, Poncenat s'était rendu maître du pont et l'avait fait rompre le lendemain avant la bataille de Cognat. Le pont était fortifié ce qui peut laisser supposer un pont de pierre.
En 1569, Nicolaï nous rapporte que la ville de Vichy avait un pont qui faisait communiquer le Forez et le Bourbonnais avec l'Auvergne ; c'était le seul pont qu'il y eût sur l'Allier à bien des lieues en amont ou en aval ; il était donc très fréquenté, puisqu'il continuait la route de Clermont à Autun.
En 1586, il est question de reconstruire le pont de bois emporté en septembre.
En 1591, le pont ayant été détruit pour empêcher qu'il ne soit pris par les ennemis du Roi, les habitants le remplacent par un pont de bateaux.
En 1651, les Consuls de Vichy donnent en adjudication la ferme des droits de passage sur le grand pont de Vichy.
En 1654, les Consuls de Vichy se plaignent du non entretiens du pont.
En 1657, le constat de la ruine du pont est fait par le procureur du Roi.
Jusqu'en 1687, des adjudications se suivent concernant les passages de Vichy. À partir de 1687 et ce jusqu'en 1833, aucun pont ne sera mentionné.
En 1833, un pont suspendu est érigé, qui entraînera un nouveau concept de fabrication des ponts. Il sera emporté par l'inondation du 27 septembre 1866.
En 1868, le premier pont métallique est édifié.
En 1930, lui succédera le pont actuel.